J- 1 mois

bb

Dans un mois, jour pour jour,

ce sera le prélèvement pour mon homme et la ponction pour notre chère donneuse.

Mon Dieu, ça approche et c’est si loin en même temps…

Je ne gage de rien et j’ai grand espoir.

Je m’accroche à une image de bébé dans ma tête, c’est elle qui m’accompagne.

Je révise mes basiques : Dobry Den, Dekuji, Ano, Ne…, ça me rassure

Je me consacre à mon corps et à mon esprit : étirements, méditation

Je vis mille choses intérieurement, je ne maîtrise pas tout.

Je ne pense qu’à ça et en même temps, pas tant que ça.

J’ai hâte et je ne suis pas stressée pressée.

Je vis, j’agis malgré tout et en même temps, je me sens happée,

Enchaînée à cet événement

c’est bouillonnant et calme

c’est excitant et effrayant,

tout en contradictions,

mais fort, de plus en plus fort…

Instant BD

20130825-123905.jpg

Lu d’une traite, le cœur serré, la larme à l’œil.
Beau – émouvant – simple – essentiel
Écho à ce que j’ai pu vivre avec mon propre père…
Une belle découverte

Inquiète

Image 10

Reprise un peu perturbée…
Tout allait bien jusqu’à notre retour de vacances dimanche soir. Mais lundi au réveil, une surprise : des saignements… Sur le moment, je ne panique pas même si gyné D. est en congés, je me dis que j’en parlerai à la clinique. Ce que j’ai fait.
Pour rappel : j’ai eu mes règles à J20 (au lieu de mon traditionnel J28), une piqure de décap deux jours plus tard, mais faite trop tôt, vue cette avance, je dois en refaire une le 29.
A la clinique, on me répond de ne pas stresser et de continuer tout comme prévu sur le plan. Ok, mais j’aimerais juste comprendre, qu’on m’explique. J’ai lu sur des blogs, forums, que ça arrive, mais comme je n’ai jamais fait de blocage, je me sens larguée.
Aujourd’hui, ça continue. Sans maux de ventre, mais plus de saignements qu’avec mes règles. J’espère que demain ça va s’arrêter, je fais quoi sinon…

Cette fiv que j’ai tant attendue ne m’excite plus du tout ces jours-ci. Non que je ne veuille plus partir, hou là non, mais disons que je n’y crois plus trop, j’ai l’impression que c’est un mirage, quelque chose qui ne peut pas m’arriver d’être enceinte, d’être mère. Et en plus, ça me fait flipper ces traitements, la grossesse, l’accouchement, je crois que ça me terrifie tout ça. Et arriver déjà à aller jusqu’au transfert me semble une montagne…
Paradoxalement, avec mpm, je parle de plus en plus d’un avenir à trois. Lui met parfois des freins à ce qu’il croit être un enthousiasme démesuré et déplacé chez moi. Je le soupçonne d’avoir lui-même encore du mal avec l’idée de paternité…

Et puis, le temps a été si long… Depuis janvier nous sommes sur ce projet, je finis par être un peu lasse et en même temps la pression monte et je me sens perdue

Il se passe des choses…

Concrètement, dans les faits, oui, il s’est passé des choses :

un j1 avec 8 jours d’avance, une piqûre de décap à j2 selon les instructions, mais qui s’est avérée un peu prématurée, ben oui, on n’avait pas prévu cette avance…Une 2ème décap à faire en conséquence le 29 août, une petite frayeur, mais rien de bien méchant au final. Un mal aux reins qui me titille, je pense que j’ai pas assez bu, mais, « tu calcules » me dit Fabi…

Et c’est vrai qu’iI se passe aussi des choses derrière le rideau, dans les coulisses de mon esprit.
Je ne peux pas le nier et je pense même que ça doit m’inciter à réfléchir.
Je m’explique.
Je lis régulièrement depuis longtemps des réflexions sur le don d’ovocytes, sur la question de la maternité dans ce contexte, de ce que l’on dira à l’enfant, etc.
Moi, j’ai l’impression que le chemin est fait, mais il s’agit peut-être, voire sûrement, que d’une impression. Je porterai cet enfant, il est (oups, sera) notre enfant, et le reste n’est qu’accessoire, car l’essentiel est dans l’ à venir, et passe par l’amour et l’éducation que nous offrirons à notre tout petit et je n’ai aucun doute là-dessus. Et je suis très sereine, très confiante. Hum…

Seulement voilà, le rêve de la nuit dernière me rappelle à ma propre histoire et me donne une petite leçon de réflexion.
Je n’ai jamais raconté sur ce blog mon histoire, elle a longtemps été une honte, une épine dans mon corps et je tiens peut-être là, la chance de passer à autre chose, de l’assimiler en transmettant à notre enfant à venir une histoire claire, dépourvue des miasmes qui ont collé à ma peau…
À la lecture de cette histoire, vous me direz qu’il n’y a aucune honte à avoir, et l’adulte que je suis en est bien consciente, mais il faut l’avoir ressenti enfant pour le comprendre…

Je vais tâcher de faire simple et court. Mais comme c’est impossible, ce sera « basique ».

Ma « mère », disons plutôt celle qui m’a mis au monde, était la dernière d’une famille nombreuse. Choyée par ses parents, maintenue dans un cocon, elle était, paraît-il, un peu simplette. Elle s’est mariée néanmoins et a eu de nombreux enfants, elle… Hélas, aucun n’est resté auprès d’elle. Tous ont été placés dans des familles d’accueil. À l’exception de deux : mon frère de dix ans mon aîné, et moi-même qui, par chance, avons été recueillis et élevés par notre tante et oncle qui n’avaient pas d’enfant (tiens…).
Je n’en sais guère beaucoup plus. Il y a toujours eu beaucoup de secrets et de non dits dans cette famille, une sorte de honte collective, dont j’ai du hériter. Retirée à ma mère biologique à deux ans car mes grands-parents décédés, elle fut placée dans un centre spécialisé, je fus d’abord une enfant sauvage, craintive, timide, grandissant dans la peur de perdre ma mère, cette tante qui n’a été que ma mère, chérissant mes parents, adulant mon frère aîné, sachant toutefois qu’une femme inconnue m’avait mis au monde et qu’il fallait aller la voir une fois par mois, je détestais ça.
Paradoxalement, J’avais aussi honte de ma mère, plus parce qu’elle était plus âgée que les autres mamans, que parce qu’elle n’était pas ma vraie maman. Je ne racontais bien sûr mon histoire à personne. Mes parents étaient mes parents et j’avais un frère. Point. À l’adolescence, nouveau drame, j’apprends que j’ai d’autres frères et sœurs (car, je ne le savais pas) à l’occasion du mariage de cet autre grand frère… Je ferais un rejet pendant longtemps, fuguant même le jour du mariage…
Aujourd’hui, mes parents restent mes parents, mon père biologique ne m’intéresse pas, pas plus que mes autres frères et sœurs, à l’exception d’une qui a su nouer des liens. Mais l’affection n’est pas la même… Alors les liens du sang, vous imaginez ce que j’en pense…

Elle a été lourde mon histoire, une sorte de poisse qui colle, laisse des traces. Une empreinte familiale pas très glorieuse. C’est le mystère, le silence, les secrets qui ont fait le plus de ravages. Pourtant, j’ai eu une enfance vraiment chouette. J’adorais mes parents. Je savais qu’ils ne m’avaient pas fabriquée, mais ils étaient mes parents et je les aimais plus que tout (ils sont morts d’où l’emploi du passé).
C’est pourquoi, j’ai confiance avec la fiv do et ne me pose pas trop de questions. mpm sera vraiment le père et moi, je serai sa mère, je l’aurais porté dans mon ventre. Il ne me ressemblera pas mais il aura l’essentiel, de l’amour, des parents.
Compte tenu de mon histoire, ci-dessus très abrégée, il est facile de comprendre que je me suis souvent sentie différente, pas normale, que j’ai toujours rêvé de fonder une famille « normale », de rompre avec mon passé. Mais j’en ai fini avec ces rêves-là. L’histoire s’écrit dans toutes ses dimensions et particularités, la norme n’existe pas, voire elle est sans intérêt. A moi de dire à la petite fille que j’étais que cette histoire est mon histoire et qu’elle a ses richesses. Et l’adulte que je suis tache de construire aujourd’hui quelque chose de fort, de grand, dans l’amour. Et il ne peut rien y avoir de plus beau. Notre enfant aura aussi sa particularité et ce ne sera pas une honte. Il saura tout. C’est ce que je veux lui apprendre. J’espère avoir l’occasion de lui apprendre.

Bien qu’un peu frustrée par cet abrégé d’histoire, trop succinct, mais je n’ai pas non plus envie de m’étendre, j’en viens à ce rêve qui est à l’origine de cet article.
Pour rester au plus proche du ressenti, je retranscris seulement mes notes prises sur le vif, sur un réveil en sursaut, sur une phrase que je hurle et qui me secoue, à moitié endormie et haletante (ça vaudra ce que ça vaudra…)

REVE pris en note en pleine nuit :

mon inconscient me parle de filiation et de lien du sang.
 » Je le sais toujours pas qui est mon père, et toi non plus ! pauvres cons ! »
Je m’adresse à mon frère, et à un certain P. qui a dit en déconnant à un inconnu « elle savait même pas qui est son père. »
Et les deux de s’esclaffer.
Je suis alors en train de dessiner au fusain, un tracé noir et dense, quelque chose de soutenu que je regarde sans faire attention à mes interlocuteurs.
Je m’écarte d’eux en entendant cette affirmation qui sort comme ça, soufflée, choquée, je murmure, « tu aurais pu me prévenir que tu dirais ça »
Ce n’est pas le père inconnu qui me révolte, c’est la façon dont on parle de moi à un inconnu, sur quelque chose d’intime.
Ensuite, c’est la question de le dire qui se pose.
Oui, mon petit trésor, tu sauras d’où tu viens, et comment.
Car il y avait une honte sur moi, en moi, non pas de ne pas savoir mais de ne pas être comme les autres
Avant cette scène, j’étais en voiture, perdue dans la nuit, saoule, endormie.
Roulant dans une campagne noire et déserte. Je croise une voiture et vois qu’elle vient d’une zone ou la route est ondulante, comme de l’eau couverte de terre, de vase.
Je fais demi-tour
Avant ça encore, il était question d’un hôtel, avec mpm, on est dans un lieu très beau, très confortable, que je trouve magnifique, je lui dis, c’est mon endroit idéal. Il y fait bon, chaud, les couleurs sont chaudes, dorées, c’est chic mais pas trop, il y a du marbre rose au sol, veineux, des colonnes, c’est très lumineux.
C’est un hall d’accueil, tout en longueur »

Là s’arrête la retranscription de mon rêve…
En me relisant, je m’interroge sur cette retranscription que j’ai faite à l’envers, mais c’est sûrement parce que j’ai commencé par le plus présent à mon esprit et le reste a découlé.
Je m’interroge aussi sur ce dessin noir, cette route noire et mouvante, le demi-tour. Sur ce lieu idéal (mais là, je pense à mes échanges avec Fabi, à moins que ce hall d’accueil ne soit mon ventre mais pourquoi le noir ensuite et le demi-tour… Et le mot père plutôt que mère… Pas innocent non plus sûrement… Et le côté très sombre de cette nature déserte qui contraste avec ce lieu construit et lumineux (un corps vide par nature qui sera habité par la main de l’homme?)
On peut en faire des interprétations…

Une chose est sûre, ça travaille là-dedans, mais pourvu que ça travaille dans le bon sens !!!!

Un J1 (in)attendu

En quelque trente années de règles, je crois n’avoir jamais connu ça…
Avoir une semaine d’avance avec un j1 à j20, moi qui suis la reine du j28, poussant parfois jusqu’au j30, voire plus, histoire de me bercer d’espoir, mais un j20, ça, je l’attendais pas…

J’attendais pas non plus ce flux, ces douleurs, cette soif, ces mains et pieds qui gonflent, et cette insomnie. Nan, jamais connu ça… J’en reviens pas. Texto de mon mari (qui n’est pas à mes côtés cette semaine) « ton corps se prépare »… Peut-être… Mais bon calmos mon corps … Nan mais.

Résultat, il m’aura fallu commander un nouveau décap à la pharmacie car je ne l’avais pas embarqué dans mes bagages (heureusement que j’avais en revanche pris mon ordonnance et qu’elle stipulait « à renouveler », sinon j’étais mal)
Tout est bien qui devrait bien finir, avec blocage à j3 vendredi. Je connais super bien l’infirmière, elle m’a piquée pendant des semaines il y a quelques années.

Quant à demain, enfin plutôt aujourd’hui, vu qu’il est 4heures et que j’ai pas encore fermé l’œil, je crois que je vais comater dans un canapé, un lit, une chaise longue, fonction du temps. Parce qu’en plus il a plu comme vache qui pisse toute la journée, troisième jour de gris sur une semaine landaise, ça commence à compter – et énerver -, c’est qu’on a été habitués à mieux.

Après une belle semaine revigorante, loin des tracas de la Pma, voilà qu’elle se rappelle à moi.
Mon corps quant à lui, m’a surprise, je lui en veux pas, c’est les vacances, je suis détendue, mais je comprends mal le sens de tout ça, tentée de ne pas donner de sens, et pourtant je ne crois pas que ce soit anodin, c’est trop fort. Pressée de partir a dit mon amie… Lui peut-être, mais moi, pour le moment, je me réfugie surtout dans le présent, à l’approche du départ, je suis moins impatiente, moins excitée, pas forcément apaisée. Une fiv do, ça secoue, ça remue forcément et je sais qu’une part de moi a les choquottes (ortho inconnue).

Alors peut-être que cette abondance de rouge prématuré signe un état émotionnel particulier à l’approche d’un Événement de taille. Car dans les faits ce J1 amorce bien le grand départ des « festivités »…

Garder confiance

Voilà,
J’ai appris ce matin qu’une de mes amies est enceinte. Elle souhaitait un troisième, mais pas maintenant, son nouveau couple n’est pas encore stable, et lui pas prêt. Ce petit bout là arrive donc par « accident » (notez tout de même les guillemets).
Oui, je sais, ça énerve…
Pourtant, je suis restée très froide, pas jalouse, pas énervée, pas de pensée négative. Son contexte est délicat, alors il peut être question de ne pas le garder, pour le moment elle est déroutée par cette situation et j’ai essayé d’être à l’écoute et de la rassurer.
Si je suis restée de marbre et, franchement, j’ai assuré, je ne peux m’empêcher de penser que la vie me nargue. Les annonces font toujours mal à un moment donné, surtout quand elles ne sont pas attendues…. Et je me sens un peu perdue face à des sentiments confus. une boule en moi me serre un peu le ventre mais ma raison vient en renfort pour que je prenne le recul nécessaire, pour ne pas faire d’amalgame entre mes désirs inassouvis et la vie de mon amie. Je ne veux pas être une aigrie mais garder confiance en moi, en nous. Le bonheur est entre nos mains, il nous appartient. il n’est pas dans l’attente, la complainte et la rage.

20130805-134654.jpg

Pas « si » mais « quand »

Extrait de discussion matinale sous le ciel provençal :

Moi :  » Je suis tellement matinale, je fais jamais la grasse mat´, au moins je suis parée à me lever si on a un bébé.

Lui : Pas « si », mais « quand », quand on aura un bébé.  »

S’il ne dit pas grand chose mon homme, il a parfois ces petites phrases-là qui me font fondre…

20130802-103729.jpg