2 ans… 3 mois…

59f5d23b

26 décembre 2011, il y a deux ans. On venait de me guérir après plus de quatre heures d’opération et je me réveillais peu à peu au service des soins intensifs. Le matin, mon homme était venu aux aurores pour m’accompagner et il était arrivé sur le fil, aux portes du bloc, deux minutes avant qu’elles ne se referment, je l’avais vu, j’avais souri, cette image de lui venu m’embrasser me restera à jamais.

26 décembre 2013, aujourd’hui. Je revis ces heures avec une grande gratitude envers la vie. Depuis 2 ans je suis guérie, depuis 3 mois je suis enceinte. Aujourd’hui, j’ai fait mon premier achat : des collants de grossesse, une tunique, même si c’est un peu tôt, c’était symbolique.

Trois mois sans encombre, sans problèmes ni angoisses, autres que celles que je sais si bien me créer.
Et la fin de ce troisième mois, pour couronner le tout aura été marqué, comme prévu, par l’annonce à nos familles respectives et collègues. C’est un peu comme un rêve parfait de pmette. Le truc qu’on rêve toutes de faire. Combien de fois je me suis refait ce film… Et je sais combien vous êtes à me lire en en rêvant encore.

Pour nous, je suis un peu gênée de le dire, mais j’ai besoin de l’écrire, ce fut de grands moments de bonheur, forts en émotions que je vous souhaite ô combien de vivre.

« C’est pas vrai ?! »
Nous avons commencé dans ma belle-famille où la 1re réaction fut l’incrédulité : »c’est vrai ? Nan ? C’est pas vrai » (il faut dire que l’homme l’amena sur un ton théâtral, voire comique… Ah c’te bonne blague…) Mais après un silence de plomb, quand tous finirent par réaliser que si, c’était vrai, il y eut beaucoup de joie, de félicitations et d’embrassades…


« J’en étais sûr »

Dans ma famille, il fallut un certain temps avant de rassembler tout le monde autour de la table, car ils sont assez dissipés et nous étions plus nombreux. Là, mon mari commença par lever un toast en l’honneur de mon oncle qui nous accueillait et remercia chaleureusement pour finir par :  » ce n’est pas tout j’ai une annonce à faire… nous reviendrons l’année prochaine »… Puis, sentant qu’il allait perdre son auditoire, dissipés vous dis-je, il ramena son monde à lui en annonçant enfin que nous allions avoir un bébé. Là, ce fut les cris d’une foule en délire, à coups de « génial », de « wouah », et quelques « j’en étais sûr », « je m’en doutais ». Puis je croulai sous les baisers, écrasée dans les bras de mes oncles, tantes et cousins. Une montagne d’affection, de pleurs, de bonheur pur et simple…

Pour l’anecdote, l’année d’avant, mon cousin (bébé à fiv1) avait fait lui aussi cette annonce (heureusement je n’étais pas là car je l’aurais alors mal supporté) mais là, nul couple en pma, des cousins déjà parents ou encore jeunes pour l’être, donc tout était parfait. Je passai donc une partie de mon dîner à papoter grossesse avec mes cousins…

Depuis, avec mpm, on parle et on reparle de toutes ces émotions, des petits mots de chacun… Je crois que c’est aussi une étape qui nous installe un peu plus dans cette réalité. Je vais savourer jusqu’à mi-janvier, dates de l’examen à la maternité puis de l’écho de croissance, car, là, j’aurai de nouveau des appréhensions, faut pas se leurrer. Car mon petit trésor, avec tout ça, comment te portes-tu ? Est-ce que tout va bien là-dedans ?

Pour finir, je voudrais vous embrasser vous toutes que je connais ou pas et qui galérez encore, n’y croyez plus ou attendez, encore et toujours. La roue tourne sans arrêt, on peut être enceinte un jour et ne plus l’être le lendemain, on peut croire que c’est fini et découvrir que la chance est venue à soi. Alors comme on ne peut pas écrire l’avenir, je vous souhaite à toutes de ne pas (trop) penser à demain et de vivre pleinement ces fêtes, même si elles ont un goût amer. Comme Little Wife, pensez aux petits bonheurs de l’ici et maintenant, avec un bon film de Hugh Grant pour pleurer à souhait comme une madeleine !

J’ai appris il y a deux ans combien la vie est précieuse et fragile, Emily mes espoirs peut témoigner, elle qui a connu bien pire. Je peux le dire, je le sais, c’est dur (voire impossible) quand on a mal, quand on souffre de voir à quelle point la vie peut-être belle, mais quand on s’en sort, quand on a un répit, quand on a la force, on réalise alors. Alors, si vous êtes en bonne santé, malgré toutes ces m.. pmesques, si vous avez un homme qui vous aime, une famille, un chat, un toit, des amis, un lecteur de dvd, des ferrero rochers, ou que sais-je, j’espère que vous trouverez de quoi faire quelque chose de beau de ce présent qui vous est offert (je sais facile à dire quand tout baigne…) Je vous souhaite quand même d’avoir une petite lumière dans le regard, un émerveillement d’un instant, une foi en l’avenir. En attendant de voir votre rêve le plus beau se réaliser.

Bonnes fêtes à toutes

Publicités

L’annoncer

Capture d’écran 2013-12-17 à 10.34.22

Dans quelques jours, nous commencerons à le dire… (car seuls quelques très proches sont déjà au courant de tout : FIV, FC, RT…). Plus nous approchons, plus je sens une tension monter. Je me rends bien compte de ma chance d’avoir ce genre de préoccupation, et je le souhaite à toutes, mais j’ai besoin de dire ici que j’ai peur de ces annonces, peur que ça nous porte la poisse, qu’il arrive quelque chose et d’avoir à subir la commisération de tous. Peur de voir cette grossesse étalée au grand jour, ne plus nous appartenir. Mon petit trésor est rien qu’à nous, là… Bon, c’est pas non plus une peur immense, hein, plutôt une sorte de trac intense. Mais quand même…

Nous attaquons dès samedi, avec ma belle-famille réunie pour notre déjeuner de Noël (avancé pour raisons pratiques), on a prévu de le dire en aparté d’abord à ma belle-mère, puis aux autres. Dans la foulée, je le dirai à mon frère et ma sœur (par téléphone), à mes collègues en début de semaine prochaine, et pour finir à ma famille pour le réveillon du 24… Pour le reste, et bien, ça se fera au jour le jour…

C’est drôle, pendant longtemps, dans mon imaginaire, « l’annoncer » était un moment phare, un vrai fantasme, une sorte de fierté, de gloire, c’était THE moment où l’on pouvait laisser éclater sa joie et devenir reine d’un moment magique. Maintenant que nous y sommes et que le rêve va devenir réalité, bizarrement, je ne trépigne plus d’impatience, je redoute même ce moment… Allez comprendre…


J’ai l’impression
qu’en le disant, notre histoire, notre merveilleux secret va nous échapper. Soudain, il faudra répondre à des questions, lire l’étonnement sur les visages car je rappelle que nous ne sommes plus dans les âges « normaux » pour être parents, surtout MPM ; se sentir envahis d’une certaine manière. C’est très étrange comme sentiment. Je pensais que ce serait le kiff total, mais non. C’est peut-être aussi le trac, une forme de superstition. Un peu de tout ça.

L’annoncer, j’imagine ça comme un grand chamboulement, je m’en fais tout un monde – comme pour tout, vous l’aurez noté – et peut-être à tort, car finalement, une fois la nouvelle passée, on me fichera sûrement la paix, chacun retournant à sa vie et ses (pré)occupations.

N’empêche, là, à quelques jours de… j’y pense et je sens la tension monter. mon petit mari, lui, semble plus impatient que moi, il m’échaude différents scénarios, délire parfois, me fait rire. Il est très à l’aise et a envie de le dire à la terre entière, c’est touchant et drôle, ça me rend heureuse. Quelle nature simple : j’aimerais être comme lui !

Voilà, le troisième trimestre s’achève dans quelques jours avec ces annonces. Je réalise tout doucement que j’arrive à ce moment tant attendu des 3 mois et pour le moment, l’aventure continue, c’est incroyable. Nos prochaines étapes sont fixées : l’inscription à la maternité + 2e visite prénatale avec mon nouveau gyné le 9 janvier, puis écho de croissance le 15 janvier.


J’avance toujours
à petits pas prudents, mais avec de plus en plus de bonheur et une vie intérieure intense, des bouffées joies indescriptibles. Maintenant, il y a aussi tout le côté pratique des choses qu’il va falloir que j’aborde peu à peu, que je rentre dans le concret avec des histoires d’accouchement et tous ces trucs que j’imagine même pas. J’ai quand même acheté Infosbébés et Famili, pour voir, c’est Fabi qui m’a donné l’idée, et j’ai eu l’impression d’atterrir sur une autre planète.

La planète mère

Bamp party

Image 1

Hier, une cinquantaine de messieurs (oui, il y avait pas mal de messieurs en fait) et de mesdames BAMP ont pu se retrouver à Paris. Une rencontre chaleureuse, conviviale, et instructive au cours de laquelle, les DDB (dames du bureau) nous ont rappelé le pourquoi du comment de BAMP, leur fonctionnement, les actions en cours, celles à venir, les ambitions, les besoins, les difficultés… Elles ont salué le partenariat avec fiv.fr, dont le responsable était présent, et donné la parole à une sociologue (bon, là, j’avoue, je commençais à m’endormir et avoir le ventre qui tire..)

Elles ont organisé ça de main de maître, comme des pro, c’était très clair, une vraie belle présentation, applaudie chaleureusement (j’ai été touchée par le visage ému, presque étonné, de LailaLailo, à ce moment-là).
Un grand merci à elles : Irou que j’étais si heureuse de revoir, jolie LailaLailo, « implacable » madame picsou (responsable des sous « le nerf de la guerre » dont j’ai oublié le pseudo), rayonnante et drôle Catiminie et super madame Flhope (qui nous a raconté – entre autre – son flop cinématographique).

Avant de revenir sur la partie « goûter » que j’ai très peu goûté d’ailleurs, je rappelle un peu leurs besoins, parce qu’elles ont bien insisté là-dessus et le moins que l’on puisse faire, c’est d’en parler sur nos blogs. Il faudra ensuite voir sur leur site (lien ci-contre), car ce sera bien sûr plus détaillé et clair (d’autant que je n’ai pas pris de notes).

Avis aux bonnes volontés pour toutes sortes d’actions, parmi lesquelles :

– relayer l’info : si vous lisez un article, savez qu’une émission va passer, avez vu un film sur la pma, entendez parler d’une réunion, d’un événement dans votre région, dites-leur. Elles ne le savent pas forcément et pourrons ainsi le relayer, voire le suivre ou le commenter.
– communiquer : vous pouvez distribuer des flyers dans les lieux adéquats (pharmacie, labo, cabinet médical, etc.) Ils sont téléchargeables sur leur site (j’ai pas trouvé où, mais bon, ça doit se trouver). Mais aussi en parler tout simplement.
– appeler au don : sensibiliser vos proches à la pma et aux besoins de bamp pour se développer et les soutenir, elles ont besoin de sous.
– agir : participer à des actions en cours ou en proposer, qu’elles soient courtes ou longues
– proposer des idées (même si je crois qu’elles en ont déjà beaucoup)
– trouver des compétences utiles : un tonton imprimeur pour avoir des prix, un frérot calé en informatique, elles ont peut-être listé leurs besoins techniques sur le site ou le feront, mais elles en ont.
Et j’en oublie certainement, mais le mieux est d’aller voir chez BAMP.

Après tout ça, place à la fête. Autour de jus de fruits et d’une montagne de gâteaux maison tous bien trop alléchants !

Ce bref moment des échanges, m’aura permis de revoir avec bonheur Lulu (Lutine en pma) qui m’a gâtée, Irouwen bien sûr, de rencontrer Mon petit oeuf (plutôt grand l’oeuf !) et son futur papa oeuf, j’étais super contente, vraiment et j’espère qu’on se reverra autour d’autres cookies, mais aussi Espoirhope que je connais moins mais que j’espère revoir aussi (en attendant, je croise, même si peu d’espoir), Tagada, lectrice de l’ombre qui me donnerai peut-être des nouvelles d’une manière ou d’une autre et Marinette qui me précède de 15 jours dans sa grossesse, avec qui j’ai eu, forcément, quelques échanges moins pmesques…

Sinon, beaucoup d’inconnues que je n’ai pu connaître, comme Damelapin que j’ai aperçue sans lui parler, Odile dont j’ai beaucoup entendu parler. Même court, c’était un beau moment, car dans ce petit espace, circulait une énérgie positive, vivifiante, un truc incroyable.

Bravo à BAMP et merci à toutes pour cette présence magique !

Note : j’ai oublié de rendre mon badge… Je peux le renvoyer bien sûr.

54 g d’émerveillement

20131204-193125.jpg

C’était donc ce matin la 1re écho officielle. La journée a commencé tôt, à 4h. Impossible de me rendormir. J’ai rêvassé, pensé, caressé le chat qui lui pensait « croquettes » et cherché des recettes de spéculoos sur le net. Une envie soudaine…

10 h dans la salle d’attente, des tas de couples sont déjà là, je le sens mal… En effet, nous serons les derniers de la série à passer. Visiblement que des échos suivies de visite avec gyné D.

Une fois dans la place, nous n’avons pas trainé et attaqué cette écho endo-vaginale. MPM était un peu excité et n’arrêtait pas de jacasser, de poser des questions, d’entendre à moitié ce qu’on lui disait. Il a quand même loupé les battements de cœur avec ses parlottes. Il faut dire que tout va très vite. Se suivent une succession de mesures et d’images. La première fut celle de son cerveau. Pour avoir examiné le mien, amoché puis en bon état, je sais très bien à quoi ça ressemble et il me semblait parfait ce petit-là. C’était le cas. Ensuite, nous avons vu des tas d’autres images et à chacune, tout allait bien et on commençait à savourer, à s’extasier. Les plus belles vues que je retiens sont celles de son profil avec ses petites jambes toutes fines et translucides, celles aussi avec ses petites mains et ses petits doigts près de son visage, et puis celles qui m’ont fait rire quand il bougeait, c’était hallucinant !

Bébé va bien, vous l’aurez compris. Notre petit trésor pèse 54 g et mesure 56 cm (sans les jambes qu’on ne mesure pas, trop repliées). Il est magnifique. Bon, sur les deux images 3d que nous avons vues, sa tête ressemble quand même à un petit alien, mais ça ne nous empêche pas de fondre… J’aimerais encore y être et rester à le regarder…

Après l’écho, nous avons vu gyné D (car ce n’est pas elle qui a fait l’écho). Elle nous a remis nos formulaires de déclaration à la sécu, les papiers pour le test de trisomie 21, à faire dans la journée (ayé c’est fait : résultats dans une semaine) + cmv (cytomégalovirus).
Pour le reste, les examens sont bons, la glycémie est revenue à la normale.

Deux petits bémols néanmoins de mon côté (en espérant qu’ils restent petits) :

Le cœur? des douleurs à la poitrine (quand je suis essoufflée, soit au bout de 10 mn de marche normale…) sont à vérifier avec la cardio, car si l’essoufflement est normal et devrait bientôt s’arrêter, ces douleurs en revanche le sont moins…
Le placenta : il est un peu bas. Je dois donc ne pas trop m’agiter, même éviter le sexe. Mais j’ai l’Autorisation d’1h30 de train pour Noël, mais sans effort. Après, on verra chaque mois ce que j’aurai le droit ou pas.

Côté traitement : j’arrête l’utro et les patchs ; je finis ma boîte d’acide folique ; je continue le Lévothyrox (toute la grossesse) et pour le Lovenox et l’Aspegic, je vois ça avec la spécialiste hémato la semaine prochaine.

Maternité. C’était (normalement) notre dernier rendez-vous avec gyné D à son cabinet. C’est un autre spécialiste qui me suivra désormais (à la maternité, dès janvier), car elle, n’y étant pas tous les jours et compte tenu de ma situation, elle préfère que je sois suivie par quelqu’un qui est tous les jours là-bas.

Cerveau : en raison de mon opération, il faudra sûrement que je vois aussi ma neurochir. Elle aura un avis à donner sur mon accouchement, dire si je peux « pousser » en gros. (Et là d’imaginer ma tête exploser…) On verra ça en janvier avec mon nouveau gyné.

Après cette matinée bien remplie, nous sommes allés déjeuner, complètement affamés et épuisés. Nous avons regardé les clichés, parlé de ce grand moment et de ce tout-petit amour. MPM était tout excité, il a dit pour la première fois « Je suis papa d’un petit de 56mm » ou quelque chose dans ce goût-là ; en tout cas, il a pris conscience de son enfant et j’en suis heureuse, car je crois que c’était important. il me caressait le visage et l’on se regardait de temps en temps, sourire aux lèvres, ébahis…

J’ai du mal à raconter mes émotions, c’est encore très frais et ne suis pas sûre d’en être capable, pas maintenant en tout cas. Mais voilà les faits. L’essentiel. Je suis aussi heureuse qu’hier et pense un peu plus maintenant à ma santé qui est nécessaire pour notre petit et pour nous et qui, compte tenu de mon âge, est aussi plus fragile…

Allez, cette fois, je m’installe dans le train, je ne défais pas les bagages, pas encore, sait-on jamais, mais je m’assois un peu… ça fait du bien…

EDIT DU SOIR (post écrit en début d’après’m)
– Mpm, par un petit mot doux envoyé sur ma boîte mail cet après-midi confirme ce que je viens d’écrire. Il est bouleversé. Il réalise vraiment et ça le rend fou de joie. Il a écrit de belles choses. Rare qu’il les dise, mais il sait les écrire. Il a pris une règle et a mesuré ses doigts. Petit trésor fait la longueur de son auriculaire et re-bouleversé l’homme…
– La cardio de gyné D ne peut pas me voir avant janvier, je me rabats sur un rendez-vous demain avec celui de mpm. Je préfère cette option, car je suis un peu inquiète sur cette question (bah, faut bien un nouveau sujet d’inquiétude non ? ) et je ne veux rien risquer.

Pour l’anecdote, sur mon calendrier de l’avent, la fenêtre 4 de ce jour, s’est ouverte sur un joli petit ange… (Photo)

Le difficile envol de la cigogne

cigogne

Hier, j’étais motivée pour affronter la foule de la Fnac, j’avais des achats à faire, l’envie de baigner dans les livres et de faire au moins une fois dans la semaine une petite sortie (même si on peut choisir mieux).
La foule était au rendez-vous, mais je savais ce que je voulais et j’ai déniché des caisses peu fréquentées au rayon livres du 3e étage. Si j’ai un peu traîné c’est au rayon maternité. J’en sortirai sur les rotules, le cœur battant, comme chaque fois que je me mets à bouger le petit doigt… Mais contente, enfin presque…

J’ai donc revu le Grand livre de la grossesse, mais finalement, avec toutes les infos sur le net, je trouvais ça redondant, j’ai plutôt craqué pour le livre ci-dessus. Un truc gnangnan à souhait, un album à compléter de photos, d’anecdotes jusqu’à la naissance. Le genre de truc qu’on commence et qu’on ne finit jamais, mais je le trouvais tellement beau (à part la couverture avec ce tissu satin à rayures que je vais remplacer par un lin brodé du nom de bb) avec, à l’intérieur, de jolis motifs, des pop-up, des pages à soulever, des petites feuilles volantes, un mètre en papier, etc.

Mais si je m’arrête sur cet achat, c’est plus pour ce qu’il a entraîné… D’abord, j’ai hésité à l’acheter : je n’ai pas passé encore la 1re écho officielle, je ne sais pas ce qui m’attend et je suis superstitieuse. Je trouvais donc prématuré un tel achat, voire dangereux, et me voyais presque en train de le commencer puis de devoir l’arrêter (ça sent le vécu de 2010…) et ça peut bien sûr arriver… Malgré tout, il me faisait de l’œil et je me suis dit « merde, je suis enceinte quand même et je reviendrai sûrement pas », oui je dis des gros mots parfois.

En arrivant, je me sentais coupable, ce livre avait un goût amer. J’ai dit à mpm : « j’ai acheté un truc, mais ça va pas te plaire » et en effet il s’est exclamé, « faut pas acheter ça, attends un peu, on n’a passé passé l’écho »… Prévisible, mais ces quelques mots m’ont complètement bouleversée, pourtant je savais, mais c’était comme s’il me disait qu’on n’irait pas au bout de cette grossesse, comme s’il n’y croyait pas. Bien sûr que c’était juste préventif, il redoute pour moi un grand drame, mais sa réserve c’était comme dire que je n’étais pas enceinte. Il faut reconnaître que lui, n’a pas vu l’écho de novembre et que ce sera donc une première cette écho de mercredi, qui fera écho à celle de 2010.. Je pense qu’il la redoute aussi.

Entre mes larmes, je me suis énervée. Je lui ai dit que lorsque j’étais sceptique il me trouvait trop pessimiste, alors que selon lui, il fallait y croire et que lorsque je faisais un geste qui signifie que j’y crois, il me casse, car c’est prématuré… Alors quoi faire ? quoi penser ? J’étais démontée, inconsolable, brisée. Il s’est trouvé con, il m’a pris dans ses bras et ne savait plus que dire à part « allez, tu as bien fait, ça te fait plaisir »…

Au final, on voit bien que l’un et l’autre, on n’a pas encore bien inscrit cette grossesse dans notre vie, qu’on a envie d’y croire et qu’on a peur encore. L’écho de mercredi, si elle est positive, nous donnera je pense un premier vrai souffle et aidera notre cigogne à prendre véritablement son envol.

Voici quelques pages intérieures de ce fameux livre gnangnan…
(que je ne compléterai pas avant l’écho… Bon, le chat, lui l’a inauguré en bousillant les rubans…). Il faut savoir que c’est tout à fait le genre de livres que j’aurais pu imaginer à ma sauce et qui aurait eu beaucoup plus de valeur. En temps normal, je me serais éclatée, mais ces temps-ci, je ne suis plus tout à fait la même. Rien ne me vient, mais peut-être suis-je occupée à l’essentiel, couver…

Image 2Image 3Image 4Image 5