Les joies de la maternité ?

image

Voilà 15 jours que je suis maman et contre toute attente,  l’extase est loin d’être au rendez-vous. J’aurais aimé commencer cette nouvelle ère de mon blog sur des propos joyeux mais tout ne va pas forcément de soi, la maternité comme la grossesse, a ses hauts et ses bas. On ne le dit pas assez.
Enfin, si c’est pas malheureux. Après  des années d’attentes,  des fiv, une fausse couche, un voyage à Brno,  une grossesse merveilleuse d’arriver à cette déroute totale. Même si je sais que c’est normal et que ça n’aura qu’un temps. ..

Le problème n’est pas mon petit trésor car il est pur merveille et je n’en reviens pas d’être aussi gâtée. 
Le problème c’est moi.  Je navigue à l’aveugle,  je ne contrôle rien, je doute de moi, je me heurte à des tas d’avis contradictoires et je suis en déroute totale. Je me sens coupable…
Fatigue,  hormones ajoutent bien sûr à cet état …
S’occuper d’un nourrisson, c’est se mettre en disponibilité totale, 24 heures sur 24. Et le mien dort peu, tête beauuuucoup,  me met les seins en feu (ô doux supplice de l’allaitement…)

Quand un nourrisson dort, on  dit qu’il faut dormir aussi, mais on se met plutôt en mode accélération : vite prendre une douche,  vite avaler un truc, vite, ranger un peu la table à langer (pour le reste l’homme fera), vite passer un coup de fil, vite. .. Ah trop tard, il pleure, retourner au charbon,  gazouiller tout de même  de bonheur en le prenant dans son lit. ..
C’est fou la puissance de l’amour maternel : il n’y a rien de plus beau, je fonds pour lui, je ne trouve même pas les mots. Je pourrais passer des heures à le regarder dormir, et comment vous dire son  regard vers moi quand il tète… (peut être  l’objet d’un prochain post,  quand ça ira mieux)…

Dans un moment de solitude,  j’ai partagé,  en pleurs,  mon désarroi avec une amie.  Elle m’a expliqué qu’elle-même avait pleuré pendant un mois et demi.. Que c’était bon d’entendre que l’on puisse avoir les mêmes questionnements, la même fatigue, lassitude… Je me suis sentie normale, et non plus une mauvaise mère pleine de doutes.
Nous nous sommes accordé à dire qu’aux yeux de la société,  une jeune maman ne doit être que béatitude alors qu’au fond,  elle est souvent à bout et vit un enfer. Les premières semaines en tout cas.

Bref, j’aurais aimé écrire un super post sur les joies de la maternité, sur un ton enjoué,  émerveillé.  Parler de notre magnifique Bébé. De lui, je n’ai aucun doute,  de mon amour non plus. Mais je suis si déroutée par ce chamboulement. J’ai même pensé avec un brin de nostalgie au couple que nous étions. Insouciants.  Inconscients.  Aujourd’hui il me semble que le rôle de mère s’apprend,  qu’il faut du temps.
Et finalement depuis la naissance, je n’ai pas l’impression d’avoir vraiment profité. pas comme je l’imaginais.
Je sais que tout cela est d’un banal.
Enfin j’aimerais bien, ça me rassurerait.

Ecrire ses petits soucis de jeune maman dans un univers pma est complètement décalé. Assez indécent même. J’avais besoin pourtant de le dire. J’ai mis plusieurs jours à écrire ces mots, entre interruptions et hésitations mais ce blog a commencé comme bouée de secours, il peut continuer un peu. ..
Je lisais hier  chez « marre d’attendre » son impatience à devenir maman. Je la comprends. Mais je comprends aussi qu’il faut savourer surtout son présent.  Alors même si le mien me semble difficile en ce moment,  je sais qu’il n’a qu’un temps et que bientôt je repenserai à ces premières heures de mon fils  avec nostalgie,  ne me souvenant que du meilleur et disant comme toute maman « ça passe trop vite »….

Publicités

Il est né !

image

Mon petit trésor est né.
Pensais-je pouvoir écrire un jour ces mots…
Il est arrivé 5 jours après le terme prévu. par déclenchement.
Ce fut un long accouchement.
Mais tout s’efface quand le miracle paraît.
Il est magnifique, une pure merveille et il se porte bien !
Demain nous rentrons à la maison.
La chambre de bébé, 10 ans après le début d’un rêve,  sera désormais habitée.
J’ai bien du mal à vous exprimer mes émotions
Encore sous le choc, bouleversée.  Cette merveille est notre enfant. ..
On a du mal à réaliser
Et je vous souhaite que ce rêve se réalise pour vous.